EHPAD DE DEMAIN : La quête d’un nouveau modèle

Co-écrit par Estelle Charrier et Nicolas Hélias, Programmistes A2MO

Temps de lecture : 6 min

Pour construire un EHPAD plus humain, nous pensons, au sein d’A2MO, qu’il est indispensable de travailler en collaboration avec les équipes médico-soignantes et les résidents eux-mêmes. La crise sanitaire actuelle, mais aussi les réflexions menées sur notre territoire, et à l’étranger, nourrissent notre volonté de repenser ces établissements dédiés à nos aînés. Parce que vieillir fait partie de la vie, nous choisissons de coconstruire l’EHPAD de Demain, et de le concevoir comme un véritable lieu de vie, adapté et sensible.

La crise de la Covid-19 a mis en lumière l’importance du maintien du lien avec nos aînés et a placé les EHPAD (Etablissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes), et leur fonctionnement, sous les projecteurs. La nécessité de maintenir des relations entre les résidents, les familles et les soignants, s’est révélée vitale.

Mieux penser ces structures est indispensable, tant la question du vieillissement de la population prend de l’ampleur. Vieillir fait partie de la vie, et nous devons nourrir une véritable réflexion sur la qualité de vie des personnes âgées, sur le soin apporté à leur environnement et sur leur place dans notre société.

Au cœur de cette réflexion, la question du maintien du lien social et des relations humaines apparaît comme un élément constituant de la vocation de « prendre soin » des EHPAD. Cette mutation structurelle doit se traduire, notamment, par une conception spécifique et adaptée des nouveaux bâtiments destinés à cet usage. Afin de coconstruire l’EHPAD de Demain, les professionnels du secteur du bâtiment hospitalier doivent travailler en collaboration avec les professionnels de santé et les résidents.

LES LIMITES DE L’EHPAD D’AUJOURD’HUI

L’EHPAD, vécu comme l’ultime recours

Force est de constater que ces structures d’accueil pour personnes âgées pâtissent d’une mauvaise image, leur fonction étant assimilée à l’idée de fin de vie. De fait, parce qu’il est considéré comme l’ultime solution, l’EHPAD d’aujourd’hui apparaît bien souvent comme un non-choix. Cette façon de penser influe sur une conception des espaces très fonctionnelle et médicalisée, peu tournée vers l’idée de qualité de vie. En outre, le fait que les résidents arrivent très tardivement – le maintien à domicile étant souvent préféré – induit que, lorsqu’ils passent la porte de l’EHPAD, ils sont déjà très dépendants physiquement et psychiquement. Une prise en charge renforcée est alors indispensable. Or, celle-ci peut être entravée, lorsqu’elle a lieu dans des bâtiments vieillissants ou inadaptés architecturalement, dégradant la qualité de vie des résidents.

Une standardisation déshumanisante

Cette vision fonctionnelle de l’EHPAD a conduit, dans les années 2000-2010, à la construction d’une génération de bâtiments très standardisés. Pensés dans une recherche d’efficience des équipes et de polyvalence des espaces, ces établissements sont bien souvent conçus au détriment de la qualité de vie des personnes accueillies – uniquement perçues comme des patients.

En effet, cette conception standardisée rend difficile la conciliation de l’organisation collective et des besoins individuels grandissants des résidents et des familles. Elle impose notamment aux équipes soignantes un traitement moins personnalisé de chaque résident, ce qui vient en désaccord avec leur vocation de soin et de bientraitance. Un sentiment d’épuisement guette d’ailleurs bien souvent les équipes de ces structures.

Les failles d’une polyvalence intensifiée

Les épidémies hivernales (grippe, gastroentérite) avaient fait pressentir des limites de conception, que la crise sanitaire actuelle a mis crûment en lumière. Les services trop grands, les locaux trop mutualisés et trop polyvalents, ont favorisé la contamination des résidents, engendrant de terribles clusters. En outre, l’absence de possibilité de sectorisation en petites unités vivables et autonomes a conduit, dans un certain nombre de situations, à contenir les résidents dans leurs chambres.

Nous devons tirer les leçons de cette période, afin d’imaginer des organisations et des architectures plus adaptées aux attentes réciproques des résidents, des familles et des professionnels.

 

UNE VISION NOUVELLE POUR L’EHPAD DE DEMAIN

Coconstruire un projet d’établissement plus humain

La réflexion sur la conception des nouveaux établissements doit se construire avec les équipes, et au service de la satisfaction de l’ensemble des utilisateurs (résidents, professionnels, familles…). Cette concertation doit permettre de se questionner sur une autre organisation et une nouvelle fonctionnalité des usages et des locaux, afin de poser les jalons d’une conception architecturale repensée. La phase de programmation des besoins, notamment, doit être une démarche commune avec les soignants, afin qu’ils puissent remettre au cœur du projet d’établissement le sens de leur rôle d’accompagnant et leurs motivations profondes. Ce fonctionnement collectif et collaboratif permettra aux soignants de retrouver une relation de qualité avec les résidents, et de bénéficier de la reconnaissance qui en découle.

Cette recherche d’un EHPAD « plus humain » est nécessaire pour les futurs habitants, qui ont besoin d’accompagnement dans la vie quotidienne, mais aussi, de relations sociales, de partage et de chaleur humaine. Cette nouvelle approche, en association avec les professionnels impliqués en amont dans la conception de leurs espaces de pratique, permettra de recentrer l’organisation autour des personnes âgées et d’améliorer les accompagnements, dans leurs niveaux de dépendances variées (et croissants) et notamment dans l’apparition des troubles cognitifs (croissants également).

Repenser l’EHPAD comme un lieu de vie

A l’échelle du bâtiment, il s’agit de repenser l’environnement intérieur qui ne doit plus être uniquement fonctionnel. Il doit s’adapter à une vie quotidienne domestique, afin de permettre d’accueillir dans des espaces personnalisés les résidents, désormais vus comme des habitants à part entière et non plus uniquement comme des personnes dépendantes. Les espaces de vie commune et les espaces privatifs doivent donc être réimaginés sous un autre angle que la pathologie et la dépendance, dans une logique d’approche domiciliaire et de qualité. Cette notion de domesticité implique une nouvelle composition architecturale, à une échelle plus humaine, qui s’inspire des concepts de hameaux, de béguinages et de maisonnées.

Il est aujourd’hui nécessaire de redéfinir l’EHPAD comme un véritable lieu de vie. Héberger ne signifie pas habiter. Développer des modèles l’EHPAD découlant d’une logique de prise en charge de pathologies, issue du modèle hospitalier, n’est plus pertinent. Les bâtiments doivent s’adapter à la vie des personnes accueillies et au travail du personnel, et pas l’inverse. Il faut reconstruire des cadres de vie, et des espaces d’habitation, dans lesquels les personnes se sentiront chez elles, tout en étant accompagnées dans leurs différentes dépendances psychiques, cognitives et physiques. Les personnes âgées doivent pouvoir continuer à vivre, et bien vivre, dans ces nouveaux espaces.

Replacer l’EHPAD au cœur du territoire

Ce nouveau modèle d’accompagnement au vieillissement doit pouvoir offrir aux habitants différents services, au-delà du soin. Ainsi, chaque EHPAD doit s’ouvrir sur son environnement et ses particularités. En s’adaptant au territoire, des contacts sociaux, essentiels à l’épanouissement de chacun, pourront se créer avec le quartier. L’EHPAD et ses habitants ne seront alors plus étrangers à l’économie locale, à la vie culturelle, et pourront maintenir des liens avec les autres générations.

A2MO à vos côtés dans la définition de votre projet et à chaque étape de développement.

Fort de ses 25 ans d’expérience d’assistance à maîtrise d’ouvrage en conception et réalisation dans les projets de « grand âge », A2MO vous accompagne dans la réflexion sur l’EHPAD de Demain tout au long de la démarche de co-construction. Les intervenants A2MO travaillent en concertation avec le personnel soignant et les résidents, et vous accompagnent durant les changements d’organisation nécessaires (évolution des métiers d’accompagnement, afin de retrouver rapports humains, temps de qualité auprès des patients, bientraitance et anticipation de la perte d’autonomie).

Nos réflexions s’appuient sur notre longue expérience et nos nombreuses références nationales. Nous pratiquons également une veille active sur les recherches dans le domaine du grand âge, menées à l’étranger, notamment dans les pays scandinaves, aux Pays-Bas et au Canada.

A2MO vous assiste dans le montage financier de projets moins conventionnels et vous aide à convaincre les autorités de tarification et les tutelles de l’intérêt d’une conception alternative de l’EHPAD de Demain, centrée sur le bien-être des personnes âgées.